vendredi 9 février 2018

IDH : l'Afrique mauvais élève à l'exception de quelques pays...


Le tableau ci-dessous indique l’IDH des cinquante-quatre pays d’Afrique, à l’exception de la Somalie, dans l’ordre décroissant (données de 2014).
Dans le classement du PNUD, la répartition est la suivante :
Développement humain très élevé : 0 ;
Développement humain élevé : 5 ;
Développement humain moyen : 12 ;
Développement humain faible : 36.
Ils sont ici classés de façon différente, selon la méthode des quartiles : premier quart africain, deuxième quart africain, etc. (source Le monde, blog de Langlois)

Cliquez sur le tableau pour mieux voir.




Il convient  de rappeler que :
L'indice de développement humain est calculé depuis 1990 par le "Projet des Nations Unies pour le Développement" (PNUD) afin de classer les pays selon leur développement qualitatif et pas uniquement économique. Le PNUD définit ainsi l'IDH :

"L'indicateur de développement humain mesure le niveau moyen auquel se trouve un pays donné selon trois critères essentiels du développement humain : longévité, instruction et conditions de vie."

L'IDH (HDI, human development index, en anglais) est calculé par combinaison de trois autres indicateurs :
  • l'espérance de vie à la naissance,
  • l'accès à l'éducation,
    L'accès à l'éducation est mesuré par le taux d'alphabétisation des adultes 
      (Taux d'alphabétisation des adultes : Pourcentage des personnes âgées de 15 ans et plus sachant écrire et comprendre aisément un texte court et simple traitant de la vie quotidienne.)
    et par le taux combiné de scolarisation dans le primaire, le secondaire et le supérieur.
  • le PIB par habitant (en logarithme et calculé en parité de pouvoir d'achat).
campagne de "déguerpissement" de quartiers à risque à Abidjan(2014)Photo AFP



un quartier en Guinée 



Concernant l'Afrique, on est loin du compte. Les Etats doivent penser plus aux populations qui  sont les garants d'une bonne santé économique car quand le peuple est bien c'est le pays qui avance ainsi que son économie.


Eveline Soumah
Soyez les bienvenus Cliquez ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire