lundi 1 février 2016

Libye : le plan de développement d'ORICEL en Côte d'Ivoire

La semaine dernière, Faisal Gergab (photo), le président de la société postale, de télécommunications et de TIC de Libye (LPTIC)- organisme auquel a été transféré la gestion de tous les avoirs libyens en Afrique- s’est rendu en Côte d’Ivoire pour rencontrer Bruno Nabagne Koné, le ministre  des technologies de l’information et de la communication. Au cours de l’audience qui lui a été accordée, le représentant des intérêts libyen a présenté au responsable du secteur ivoirien des tic et télécoms le plan de développement stratégique de l'opérateur de téléphonie mobile Oricel, rapporte Telecom Paper.

Oricel, 6ème opérateur télécoms en termes de parts de marché, est menacé depuis l’année dernière par le gouvernement d’être fusionné à ses concurrents Comium et Café Mobile. Tous sont considérés comme petits opérateurs à cause de leur nombre d’abonnés inférieur à 3 millions de personnes et leur faible pouvoir financier. A travers un plan restructuration de son secteur des télécoms, l’Etat qui veut un marché plus lisible, plus compétitif, avec seulement des opérateurs télécoms à fort potentiel, envisage de contraindre Oricel, Comium et Café Mobile ; qui lui doivent plusieurs milliards de Fcfa de dettes, fiscales et autres ; à former ensemble le quatrième opérateur télécoms du marché, après Orange, MTN et Moov. Une solution que rejette la LPTIC qui, à travers un plan de relance d’Oricel, est déterminée à protéger l'identité et les intérêts de la société télécoms libyenne.
 
Au terme de son entretien avec Bruno Nabagné Koné, Faisal Gergab dont les propos sont rapportés par Developing Telecom, a déclaré que les plans d’Oricel pour développer ses opérations en Côte d’Ivoire passeront par de nouveaux investissements, l’introduction de nouveaux produits et services qui amélioreront sa compétitivité.
 
En août dernier, après la reprise des actifs d’Oricel par la LPTIC, une source interne à l’opérateur télécoms avait dévoilé une prochaine injection de fonds d’une valeur de près de 150 millions de dollars pour la relance des activités de l’entreprise.
 
Agence Ecofin le 01/02/2016
 
Libye



 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire