mardi 26 janvier 2016

PSA Peugeot Citroën au Maroc :un "OpenLab" sur le véhicule du futur en Afrique

Le constructeur français PSA qui doit ouvrir une usine au Maroc d’ici à 2019 lance un laboratoire d’innovation ouvert centré sur les énergies vertes et le véhicule électrique en Afrique avec plusieurs universités et écoles d’ingénieurs dont Centrale Casablanca ou l'Insa de Fès..
Une présence qui s’affirme dans le royaume chérifien...
PSA Peugeot Citroën a engagé ce lundi 25 janvier au Maroc un accord pour la création d’un "Open Lab". Celui-ci sera le premier du genre pour le groupe en Afrique. Il fonctionnera sur le principe de l'innovation ouverte ou open innovation, à savoir le partage des connaissances et des résultats.

Il rassemble cinq universités marocaines, deux universités américaines présentes au Maroc, la nouvelle école d’ingénieurs franco-marocaine Centrale Casablanca ainsi qu’un centre de transfert technologique à l’Université internationale de Rabat (encadré)
Un accord en ce sens a été signé à Rabat par le groupe ce lundi au Maroc en présence de Lahcen Daoudi, ministre marocain de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de Jean-François Girault, l'ambassadeur de France au Maroc.
Le laboratoire sera dénommé "Mobilité durable pour l’Afrique" ("Sustainable Mobility for Africa").
un programme de recherche, sur quatre ans
Selon PSA, "il développera un programme de recherche, sur quatre ans, sur l’exploration des systèmes de mobilité durable autour de trois grands axes : le véhicule électrique du futur, les énergies renouvelables, la logistique du futur".
Mais le groupe n'avance aucun élément chiffré sur son engagement financier dans le cadre de cette structure ouverte dont les engagements de programme restent plutôt de la responsabilité de chacun des participants.
Selon le quotidien marocain L'Economiste, l’Université Internationale de Rabat serait en train d'investir 40 millions de dirhams (environ 3,6 milions d'euros) dans la création d'une plate forme technologique.
Cet Open Lab marocain s'appuiera "sur les compétences scientifiques et métiers de PSA Peugeot Citroën et sur les compétences des partenaires universitaires ainsi que sur les plateformes technologiques qui seront disponibles au Maroc".
Le groupe français a déjà lancé des plateformes similaires dans plusieurs pays en Europe, en Asie et en Amérique Latine, au sein d’un réseau de laboratoires OpenLabs et de chaires académiques fédérées sous l’enseigne StelLab "pour être au plus près des futures pépites scientifiques". Une démarche d'innovation ouverte engagée depuis le début de la décennie, notamment dans les pays où le groupe affiche une présence industrielle, ce qui sera bientôt le cas au Maroc.
Pour rappel, PSA a annoncé, en effet, en juin 2015 l’implantation de sa première usine du continent africain à Kenitra au nord de Rabat. Ce site qui doit être opérationnel en 2019 nécessitera 560 millions d’euros d’investissement. Il devrait produire dans un premier temps 90 000 véhicules par an sur la cible de modèles "économiques" ciblant les pays émergents, dont l’Afrique.
Enfin, en matière de R&D, ces dernières années, PSA a considérablement étendu sa sous-traitance auprès des équipes d’Altran au Maroc. Altran Maroc emploierait ainsi selon des sources concordantes, plusieurs centaines d’ingénieurs et techniciens dédiés au groupe français.
PSA avec ses différentes marques détient 10,9% du marché automobile marocain qui s'est élevé en 2015 à 130 319 véhicules.

L'Usine nouvelle le 25/01/2015








Carlos Tavares, PDG de PSA
Carlos Tavares, PDG de PSA



https://plus.google.com/u/1/communities/117342018457607683755

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire