jeudi 31 août 2017

Entrepreneuriat - Start up: Axel Emmanuel, le chocolatier ivoirien : voici son histoire



Axel Emmanuel quitte la banque pour se lancer dans la chocolaterie.
Regardez sans plus tarder ce que j'ai sélectionné pour vous chers lecteurs.
Bonne découverte!





Pour rejoindre la communauté cliquez ICI



La vidéo : découvrez-le en image



samedi 26 août 2017

Les femmes au cœur du développement touristique en Afrique



Les femmes jouent un rôle important dans les industries du tourisme. Globalement, elles représentent environ 47% des emplois dans ce secteur en Afrique et plus de la moitié dans les hôtels et restaurants. Des chiffres qui selon le dernier rapport de l’Organisation Mondial du Tourisme (OMT), pourraient encore croître considérablement.Au-delà de l’emploi direct, les femmes
constituent une partie importante des secteurs qui sont directement lié au tourisme. Elles représentent environ 70 pour cent de l’emploi dans le secteur agricole. Le secteur artisanal mondial et africain est également généralement reconnu comme étant un grand employeur de femmes et un secteur qui encourage l’entrepreneuriat féminin.


photo Afrikcom


De tels emplois génèrent des revenus supplémentaires importants, par exemple pendant les saisons agricoles faibles, ils constituent une réponse de la demande des industries touristiques. Or le tourisme a généré 21 millions d’emplois directs ou indirects en Afrique. Il est un vecteur inclusif fort : plus de la moitié des emplois touristiques dans le monde sont occupés par les moins de 25 ans.
Les femmes sont aussi significativement impliquées en tant que propriétaires d’entreprises touristiques et employeurs. À l’échelle mondiale, le secteur du tourisme compte jusqu’à deux fois plus d’employeurs que d’autres secteurs. L’Afrique suit cette tendance, avec 47% d’employées féminines par rapport à 20,8% dans l’ensemble.
Le Botswana et l’Éthiopie se situent dans les 10 premiers pays employeurs des femmes dans le secteur des hôtels et des restaurants, avec plus de 50% des entreprises d’hôtellerie et de restauration dirigées par des femmes. En Afrique de l’Ouest des pays comme le Sénégal et la Côte d’ivoire ont considération vu des femmes se positionner dans le tourisme.
Selon Mamadou Marrme Diop, Country Manager à Jumia Travel, «  les femmes apportent beaucoup dans le secteur touristique Sénégalais, on peut même dire qu’elles sont le moteur de ce secteur et participent considérablement dans les différents programmes et activités  ».
Preuve du rôle considérable des femmes dans le secteur, près d’un tiers des chefs d’entreprise touristique mais aussi... 36% des ministres du tourisme sont des femmes.
Selon le rapport 2017 de Jumia Travel sur le tourisme en Afrique, les femmes occupent également une place importante dans le tourisme local en Afrique, elles représenteraient près de 40% des voyageurs sur le continent.

Source Afrik.com

Pour rejoindre la communauté "Afrique de Demain" , cliquez ICI

mercredi 23 août 2017

Nigéria: la ligne de métro d’Abuja sera inaugurée d'ici la fin de l'année 2017



La première phase du projet de ligne ferroviaire d’Abuja porté par la China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC) sera achevée d’ici à décembre 2017. C’est ce qu’a révélé la firme chinoise le mardi dernier.

L’annonce a été en effet faite par Kong Tao, directeur de projet à la CCECC. Le responsable qui s’adressait aux journalistes a expliqué que cette phase, dont le coût est estimé à 823 millions $, a abouti à l’installation d’une ligne qui s’étend sur 45 km et dispose de 12 stations d’arrêt. Il a également précisé que l’infrastructure relie l’aéroport international de Nnamdi Azikiwe au centre d’affaires. Les premiers tests seront effectués d’ici à Novembre, a ajouté Kong.


Source AgenceEcofin










Photo Agence Ecofin







lundi 21 août 2017

Talent :Guinée :Un enseignant crée un micro-barrage hydroélectrique pour des villageois




   Ibrahima Tounkara est professeur de Mathématiques  au lycée ‘’Professeur Alpha Condé’’ de Kissidougou. Sur fonds propres, il est parvenu à réaliser un micro-barrage dans la sous-préfecture de Bolodou, située à 65km de la commune urbaine de Gueckédou.

Ibrahima Tounkara - image de Guineenews

Interrogé par notre reporter, il a expliqué comment il a pu réaliser ce projet. « Je n’ai pas fait des années pour réaliser ce projet. C’est à partir  de l’installation des panneaux solaires que j’ai eu le goût du courant. J’ai envoyé pour mon grand frère qui résidait à Bolodou, notre village natal, un panneau solaire pour faire la charge des téléphones. Après, j’ai constaté que la consommation est très limitée. On ne peut pas encore distribuer ce courant à beaucoup de clients. Maintenant, j’ai jugé nécessaire de construire ce micro-barrage », a-t-il expliqué


Image de Guineenews

A propos des phases de construction de l’ouvrage, il a dit ceci : « j’ai commencé à faire des  recherches à partir du mois de mars 2016. Et j’ai terminé cette phase au mois de septembre 2016. J’ai commencé à travailler sur le site au mois de novembre. Et au mois de mai 2017, on a pu livrer le courant à la population de Bolodou. » Il a par ailleurs donné le nombre d’abonnés à ce jour et lancé un appel au gouvernement, aux ONG et aux personnes de bonne volonté. « On a plus de 80 abonnés. Vous savez, les villageois n’ont besoin que des lampes. Donc on arrive à les fournir sans problème. Notre production est de 9kVA.

image de Guineenews

"Je sollicite auprès du gouvernement, des ONG et des personnes de bonne volonté  un soutien dans cette action. J’ai réalisé ce travail avec de petits moyens. Je n’avais pas de moyens pour acheter des tuyaux de pression et j’ai fait la conduite d’eau avec du béton armé. La conduite forcée n’est pas si résistante et je vois même des erreurs actuellement. Chaque fois, je suis obligé de colmater et la production du courant ne doit pas dépasser les 9 KVA», a-t-il plaidé.

Il demande au gouvernement  de l’aider  à étendre ses actions à d’autres Communes rurales de Guinée, parce que la population a besoin du courant pour travailler et s’épanouir.


Source   Guineenews

Image de Guineenews


Pour rejoindre la Communauté cliquez ICI



jeudi 17 août 2017

Kifsa : la première cannette de bissap commercialisée en France.



L'histoire

Avril 2015, lors d’un salon culturel, Michel EHOUMAN, Abdoulaye ANE et Moussa SIDIBE participent à un salon pour récolter des fonds pour une association. Ils tiennent un stand de vente de plats africains et de boissons fait maison.
Parmi les produits que proposent les trois amis, se trouve une boisson artisanale. Et durant les 4 jours, les clients se pressent à leur table pour goûter cette boisson à base de fleur d’hibiscus. A leur grande surprise, leur jus préparé par leurs mamans connaît un franc succès. De retour du salon, Michel, Abdoulaye et Moussa décident de commercialiser ce jus dit « jus de bissap » qui possède des vertus exceptionnelles.
La fleur d’hibiscus permet en effet de lutter contre l’hypertension et de réduire les risques d’accidents cardio-vasculaires.

A la recherche du vrai goût Les trois acolytes démarchent des entreprises et des laboratoires capables de reproduire le goût de leur boisson artisanale.

Après plusieurs semaines d’essais et de tests, ils retrouvent le goût d’origine. Il faut maintenant trouver un nom. Ça sera Kifsa. (Kiffe ça). Le ton est donné. En 2017, Kifsa est lancé sur le marché français. Sa première version est une canette de 25cl avec une touche de menthe fraîche.                       



Les créateurs de la boisson Kifsa






En savoir plus visitez le site KIFSA








Photo du site Kifsa

samedi 12 août 2017

Congo Brazzaville : La laiterie Bayo, une réussite agroalimentaire



La laiterie congolaise Bayo une réussite de l'agroalimentaire.
La vente de produits laitiers locaux bon marché, est la clé de leur réussite.
C'est la toute première laiterie du Congo.



Sans plus tarder regardez la vidéo.


Pour nous suivre et découvrir plus cliquez ICI



mardi 8 août 2017

Madagascar : Un millier de tracteurs bientôt, et un projet d’usine de montage


Des investisseurs indiens pour le développement agricole à Madagascar : « Un millier de tracteurs bientôt, et un projet d’usine de montage »


Un millier de tracteurs, fabriqués en Inde, arriveront bientôt à Madagascar, et un projet de mise en place d’une usine de montage est en perspective. C’est ce qui ressort de l’entretien du Président de la République avec une délégation indienne composée d’un Représentant du Ministère de l’agriculture de ce pays, d’investisseurs, et des responsables de la firme Farm Truck. Le Ministre auprès de la Présidence en charge de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que le Chargé d’affaires de l’Inde ont également participé à la rencontre. 



Le premier point des entretiens a porté sur la réparation et l’entretien des anciens tracteurs offerts par l’Inde, il y a des années. Les travaux seront menés avec une entreprise malgache. Par ailleurs, dans le cadre du projet de mécanisation de l’agriculture à Madagascar, les investisseurs indiens prévoient de faire venir de nouveaux tracteurs et des engins agricoles, bien adaptés aux besoins et aux conditions locaux. Mais le volet le plus important évoqué lors de la rencontre, est le projet de ces investisseurs indiens d’implanter une usine d'assemblage de tracteurs à Madagascar, afin de produire des machines destinées au marché malgache, et, par la même occasion, de créer des emplois pour les jeunes. L'ensemble de ces projets sera réalisé en étroite collaboration avec l'Exim Bank de l'Inde. Un partenariat technique fort sera également établi avec le Ministère auprès de la Présidence en charge de l'Agriculture et de l'Élevage, afin d'obtenir des résultats positifs sur l'augmentation de la productivité agricole, notamment en ce qui concerne le riz et le maïs.   Dans l’immédiat, un millier de tracteurs arriveront à Madagascar, même si les besoins sont bien au-delà de ce nombre ; mais, pour tenir compte du pouvoir d'achat des agriculteurs, des solutions sont également étudiées en termes de facilitation, entre autres le lancement de services publics agricoles où les engins pourraient être mis en location.

D’après l’estimation du Président Hery Rajaonarimampianina, ces projets seront effectifs avant la fin de cette année, afin d’assurer un bon démarrage de la saison culturale 2018. Lors de la rencontre, le Chargé d'Affaires de l’Inde a rappelé la politique de coopération de son pays, notamment en ce qui concerne le développement et la modernisation du secteur agricole dans les pays d’Afrique, afin d’assurer l'autosuffisance alimentaire. Pour Madagascar, nul doute qu’il s’agit de projets qui auront des impacts directs et rapides sur le secteur agricole, avec leurs retombées sur l’amélioration des conditions de vie de la population rurale. 

Africa newsroom

Pour  rejoindre la communauté Afrique de Demain,  cliquez ICI